Forum Rpg mai hime Index du Forum
Forum Rpg mai hime

 
Forum Rpg mai hime Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Rpg mai hime Index du Forum -> A l'extérieur -> En ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Ven 7 Mai - 23:06 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
La nuit m’avait apporté une certaine sérénité. Ce petit bonheur éphémère était des plus appréciables dans ma condition. L’hypocrisie continuelle qui faisant de moi ce que j’étais, commençais à me lasser au plus haut point. Ne pourrai-je pas tout simplement être moi-même et exprimer mes sentiments comme toute personne normale ? Non. J’avais une place importante dans la société, une place qui ne pouvait permettre la moindre faute, la moindre erreur, me ferait descendre de mon petit trône. Inadmissible. Pour une fois, je m’étais laissée aller à la découverte de la ville où se trouvait l’Académie Fuuka. Beaucoup de lieux aussi différents les uns aux autres se laissaient  bercer par un aura de vie. Étrange. M’avançant d’un pas lent dans la ville, je passais devant les vitrines des magasins sans y porter un grande attention, quelle idée d’être encore ouvertes à cette heure tardive. Cette fois-ci j’avais pensé à prendre mon portable, le sortant de la poche de mon manteau je regardai l’écran avec insistance. L’écran lumineux m’indiquait qu’il était déjà passé minuit. M’arrêtant dans mon avancée, je me plongeai dans mes pensées en restant droite au milieu du trottoir. J’avais cours demain, j’étais déjà sortie sans permission des dortoirs de l’école, serait-il raisonnable de continuer ma découverte de la ville ? Ca n’a pas d’importance. Remettant mon téléphone en place, je continuai de marcher.  

 
Les ruelles vers lesquelles je m’étais dirigée m’éloignaient de plus en plus de la rue commerciale pleine de vie. Serait-ce une nouvelle facette de la ville ? Ca n’a pas d’importance. On cachait tous quelque chose, que se soit en notre faveur ou non. J’avais aussi un secret lourd qui me pesait sur le cœur … Kaïla-Onee-Chan. En pensant à elle, je sentis mon cœur se resserrer, pliant mes bras sur ma poitrine, je baissai les yeux. Quel était ce sentiment qui me faisait rougir et trembler ? Serait-ce de la faiblesse ? De la honte ? De l’amour ? Ca n’a pas d’importance. Si justement ! Me bataillant avec mon esprit, je ne remarquais pas que j’avais avancé jusqu'à une boite de nuit. Des gens faisant la file devant le bâtiment, me fixaient d’un air curieux. Ne voulant pas m’abaisser à ses chiens de la société par mes expressions plus que honteuses, je tournai les talons avant de m’arrêter brusquement. Un jeune homme venait de me frôler les fesses avec un sourire que j’aurai décris idiot. Pour qui se prenait-il ? De quel droit avait-il osé poser ses mains crasseuses sur l’héritière des Marguerite ? Fixant froidement le déchet humain, je changeai mon regard en quelque chose de malicieux et de joueur. Une folle idée m’était passée par la tête. Pourquoi ne pourrai-je pas m’amuser moi aussi ? M’avançant vers le jeune homme, je montai sur la pointe de mes pieds pour lui murmurer à l’oreille. 

 
L’ambiance qui régnait dans la boite était excitante et envoutante, me laissant aller au plaisir des routiers, je me noyais dans l’alcool, je n’avais pas envie de penser à la vision que les gens avait de moi. Je ne voulais plus être cette personne n’exprimant que des sentiments faux, je voulais libérer ma vraie personnalité, mes véritables désirs. Entourée de personnes que je ne connaissais pas, je me laissai aller, aucuns d’eux ne connaissaient ma place dans la société. Aucuns d’eux ne savaient qui j’étais. Me retournant vers la demoiselle qui me caressait le bras depuis que nous nous étions assis dans un coin VIP de la boite, je me rapprochais de son visage pour l’embrasser tendrement. Ce ne fut que de courte durée puisque la jeune fille me força à desserrer mes dents pour danser au rythme saugrenu de la musique. Des chansons pourries pour un lieu pourri avait été ma première impression. Les mains de la jeune fille commençaient à se balader de plus en plus sur mon corps, j’entendais le groupe de gens qui nous accompagnait, siffler et rire face à notre embrassade. Le jeune homme qui m’avait frôlé les fesses, se rapprochait de nous pour commencer à m’embrasser les épaules. M’arrêtant net dans le baiser que j’avais entrepris, je me levais brusquement pour me retourner vers le groupe. Remettant mes cheveux en place, je leurs souris hypocritement, avant de leurs adresser la parole. 

 
- Il m’a été intéressant de jouer avec des déchets sans pour autant trop me salir, grâce à vous j’ai pu jouir du plaisir des routiers. Mais il m’est impossible de continuer ce petit jeu.  

 
Faisant dos à mes compagnons d’amusement, je me dirigeais vers le bar quand je sentis une main s’écraser et m’oppresser l’épaule. 

 
- ‘Spèce de Pute, tu te prend pour quoi là ? Tu me promets de te baiser et puis tu te casses ? C’est quoi ton problème ?  

 
J’étais littéralement effrayée, toutes les personnes autour de nous s’étaient arrêtées de danser pour nous fixer. Je ne savais comment réagir, c’était bien la première fois que je me fis prendre par surprise comme ça. Les insultes ne me touchaient pas vraiment, mais les gens nous fixant me firent rentrer dans une paranoïa incompréhensible. L’alcool m’enlevait tout raisonnement cohérant, devais-je répondre ou me taire ? Avant que je puisse réagir, je vis l’homme se faire propulsé à l’autre bout de la pièce pour heurter un table ou s’était regroupé des amis. Je ne savais pas ce qu’il se passait, un parfum enivrant chatouillait mes narines. Il m’était reconnaissable entre mille … ca ne pouvait qu’être elle … celle que je voulais et attendais inconsciemment … Onee-chan.  

 

PS : Tu crois qu'Okasan va être fachée si elle lit ça Mon poussin d'Amour ? xD * Sors * 

 

 
  
 


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Ven 7 Mai - 23:06 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 7 Mai - 23:58 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

Comme chaque soir depuis que je suis dans cette ville, je partai à la recherche de différentes informations dans la ville. C'était allucinant à quel point on pouvait trouver ce qu'on cherchait, si on s'y mettait vraiment. Je parcourrai les ruelles sombres pour arriver à ma destination qu'était une boite de nuit. Un endroit qui ne me plaisait pas vraiment, je préférai le calme et le silence des nuits étoilés... Romantique? Non, juste pas aussi bruiant que l'ambiance qui reignait dans cet endroit. Je maudissai intérieurement ce informateur de malheur qui voulait une rencontre dans un lieu peuplé. Comme quoi cela parraitrait moins suspect. Encore un homme déniché par cet fichu père Ketsuki. De plus le nom de la boite, l'Orgasmatic, ne me disait rien qui vaille. 
J'étouffai un soupir, et avec un sourire neutre je passai sans encombre devant le gorille qui surveillait l'entrée. L'ambiance à l'intérieur était comme je le craignais, partout des personnes plus ou moins sobres dansaient, criaient, se busculaient. On pourrait comaprer ça à un troupeau, sans le moindre ordre. Je grimaçais quand j'ai senti quelqu'un se coller dans mon dos. Je repoussai la personne sans ménagement et m'avancait avec beaucoup de mal parmis cette masse humaine, jusqu'au bar. Et là, je l'ai vu, un homme pas trop grand, cheveux noir, habillé aussi de noir. Simple, imperceptible dans la masse. Je m'assis à ses cotés sans lui adresser la parole, comprenant qui je suis, il sortit une enveloppe d'un blanc qu'on ne pouvait discerner sous les différents couleurs dont beignaient les lieux. De ma main gantée, je l'ai pris sans aucune hésitation et la cacha sous mon gilet aussi noir que les gants. J'ai pus sentir mon fidèle Glock que je frollai avec ma main. Sans faire plus attention à l'homme à mes cotés, j'ai décidé de rester encore un moment dans ce ramassis de gens, juste pour me détendre et boire un verre. De toute façon, le couvre feu de Fuuka était brisé par ma personne, pas la paine de se dépêcher pour rentrer maintenant. Mais, juste au moment où je voulu passer ma commende, j'entendi un jeune homme s'adresser à une autre paersonne pas loin de ma position initiale.


- ‘Spèce de Pute, tu te prend pour quoi là ? Tu me promets de te baiser et puis tu te casses ? C’est quoi ton problème ? 


Normalement je n'y ferai pas attention, en laissant ces pauvres créatures règler leur problèmes, mais tous ceux autour des deux protagonistes s'arretèrent pour fixer la scène. Je me décidai de jetter un coup d'oeil. Mon sang ne fit qu'un quart de tour quand je reconnu ma petite soeur qui se faisait empoigner par l'épaule par une ordure qui devait être déjà bien saoule. Je me demandai ce qu'elle faisait dans un endroit pareil, je n'aurai jamais pensé qu'une personne comme elle puisse se retrouver là, parmis cette masse, cette musique à donner un horrible mal de tête. Mais il n'était pas temps pour des réfléxions, Tomoe avait l'air complétement térrifiée par la situation dans laquelle elle se trouvait. Je n'hésitai pas un moment de plus, et d'un violent coup j'envoyai le mec à l'autre bout de la pièce. Sur le moment je ne contrôlai plus ma force, la colère à pris le dessus de ma raison. Avec un mépris total envers tous ceux qui regardaient la scène, je déclarai :


- Si quelqu'un a un problème, c'est maintenant.


Voyant juste que les gens commencaient à se regarder les uns les autres avec hésitation, et d'autres s'éloigner, je décidai de ne pas rester ici et de partir dans un endroit moins voyant de la boite en entrainant Tomoe par le bras à ma suite. Arrivées près d'une petite table tout au fond, je me tournai enfin vers mon imôto-chan. J'ai pu constater qu'elle nétait pas dans son état habituel. Je fronçais les sourcils, comment pouvait-elle étre aussi inconsiente?


- Tomoe! Je peux savoir ce que tu fais ici? Ca va pas de te laisser aller comme ça?! Et c'était qui se type de tout à l'heure? ... Mais t'es complétement saoule!


Je lui sortai tous ces accusations et questions sans répit, j'étais complétement désarconnée par ce qui se passait. Croire que j'étais juste venue recollter quelques informations...








Ps: J'éspère que non, et arrête avec ce poussin poké chérie XD 


_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 8 Mai - 02:10 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
- Si quelqu'un a un problème, c'est maintenant. 

 
Après m’avoir protégée de mon agresseur, Onee-chan s’était retournée vers la foule pour leur lancer agressivement ces paroles. Un acte chevaleresque ? C’est possible. Je n’étais pas assez consciente pour comprendre tout le sens de ses mots, décidément l’alcool me permettait de me déplacer normalement et de formuler des phrase, mais non pas pour comprendre quoi que ce soit. D’un coup sec et précis Kaïla m’attrapa le bras pour me faire avancer, elle m’entraina dans un coin reculé de la boite de nuit dans laquelle nous nous trouvions pour commencer à me crier dessus. 

 
- Tomoe! Je peux savoir ce que tu fais ici? Ca va pas de te laisser aller comme ça?! Et c'était qui se type de tout à l'heure? ... Mais t'es complètement saoule! 

 
Les questions qu’Onee-chan m’avait posées restaient incompréhensibles pour moi dans mon état. Ne savant que répondre et que faire, je restais silencieuse pour un cours instant. Il était vrai que je trouvais dans une position plus que délicate, j’avais eu besoin de ma sœur pour m’en sortir. Ma fierté en prendra un coup quand je serai en étant de penser correctement. Nous étions toujours aussi silencieuse l’une que l’autre, Onee-chan ne daignait pas ouvrir la bouche avant que je ne réponde à ses questions. Relevant ma tête furtivement, je la rabaissai aussitôt pour commencer à dissiper ce silence devenu plus que pesant. 

 
- Onee-sama … je, je ne sais pas. Je voulais me sentir autrement, ce ramassis de merde était amusant jusqu'à ce qu’il me touche … je n’aime pas les hommes. Ils ne font que polluer mon air pur. 

 
Onee-chan me regardait parler en restant toujours debout, les bras croisée. Son visage ne changeait absolument pas, même si toute à l’air j’avais aperçu de l’affolement et de la peur dans ses paroles, son visage n’exprimait rien. Soudoyant ma sœur ainée du regard, je sentis quelques larmes se faufiler sous mes petits yeux grisâtres.  

 
- Onee-chan ... pardonne moi … je, je ne voulais pas une fois de plus t’importuner. Je sais que je ne suis rien pour toi … que je ne vaux pas mieux que ces déchets organiques … Mais ! 

 
J’avais lâché ma phrase entre deux sanglots, j’alcool me faisais décidément dire tout ce que j’avais sur le cœur, je n’arrivais plus à retenir mes gestes, ni mes paroles. Me relevant rapidement je m’engouffrai sur le corps de ma sœur, je me compressais pour ressentir de la chaleur de cet être qui me hantais, qui me blessais, que je voulais aimer. Me décollant un peu, je relevai la tête pour me retrouver à une proximité envoutante de son visage. Me mordillant la lèvre, je continuais à parler. 

 
- Pourquoi ne puis-je pas te dire ce que je veux vraiment ? Pourquoi tous ces secrets ? Pourquoi m’as-tu abandonnée avec Père ? Pourquoi n’arrives-tu pas à m’aimer ? 

 
Ma dernière phrase m’avait fait perler d’autres larmes sur mes joues rougissantes, je ne savais pas ce qu’il allait se passer. Allait-elle me repousser ? Me tuer ? La mort n’est qu’une douce jouissance face à l’horreur qu’est la vie. Onee-chan … comprend-tu seulement mes sentiments, les vrais … 

 


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Sam 8 Mai - 02:14 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

Aucun mouvement de ma part, je regardai ma petite sœur sans bouger, avec un semblant de colère. Je ne pouvais m'avouer que j'ai eu peur qu'il lui arrive quelque chose. Que cette chose qui l'a agressée puisse lui faire du mal. Sans transparaitre aucun de me sentiments j'écoutai ma sœur avec froideur.


- Onee-chan ... pardonne moi … je, je ne voulais pas une fois de plus t’importuner. Je sais que je ne suis rien pour toi … que je ne vaux pas mieux que ces déchets organiques … Mais !


Ses mots étaient entrecoupés par des sanglots. Et ils me blaisèrent quelque part au plus profond de moi. Il était vrai que j’étais dure avec elle, que souvent je la considérais juste comme un obstacle, un problème du quel je devais me débarrasser. Mais aujourd'hui, quand je la vois pleurer devant moi sans se soucier de sa réputation, je ne pouvais rester de marbre. Quelle était ma surprise quand j'ai senti son corps chaud contre moi. Le premier réflexe que j'aurai eu, serait de la repousser, mais au moment même elle plongea son regard dans le mien. C'était la première fois qu'on était si proche l'une de l'autre, ses yeux si semblables aux miens reflétaient quelque chose que je ne pu interpréter. Involontairement mon visage exprimait de la douceur à ce moment là, je ne su garder mon expression froide.


- Pourquoi ne puis-je pas te dire ce que je veux vraiment ? Pourquoi tous ces secrets ? Pourquoi m’as-tu abandonnée avec Père ? Pourquoi n’arrives-tu pas à m’aimer ?


Ces questions jaillirent de sa bouche, et chacune d'elles me blessaient encore plus. Je ne savais pas quoi lui répondre, j’étais déboussolée... Que pouvais-je dire? Devant ce visage baigné de larmes, aucun mot ne pouvait sortir de ma bouche. Mais je ne me permettrai pas de fuir encore une fois, de l'abandonner.


- Tomoe, je... je suis désolée...


Après ce ramassis de mots, j'enlaçais ma sœur contre moi, et, déposant ma tête sur sa chevelure verte je ne pu empêcher une larme descendre le long de ma joue. Je ne voulais surtout pas lui montrer ma faiblesse devant une telle situation, je me reculai d'elle de quelques centimètres et d'un geste rapide essuyai la preuve de l'existence de sentiments en moi. Je pris une grande inspiration et déposai avec le plus de délicatesse possible, ma main sur sa joue. Cela m'avait rappelé la dernière fois que j’avais fait ce geste... Et ce jour là, je lui avais fait du mal. Je regrettai énormément toutes ces fois ou elle souffrait à cause de mon être insignifiant. Peut être que ce n'était pas elle la cause de toute cette guerre entre nous, peut être que tout était de ma faute. Après tout, quelle personne aussi imposante, aussi parfaite, voudrait d'une sœur qui était à moitié cyborg? Avec des mouvements lents je caressai la joue de Tomoe en culpabilisant de toutes les erreurs que j'avais pu commettre à son égare. Père, je n'accepterai jamais son soutiens, ni rien qui puisse venir de lui. C'était lui que je haïssais vraiment, pas ma petite sœur. Je ne pouvais la faire souffrir à cause de lui.


- Tout va aller mieux maintenant... Je ne t'abandonnerai plus jamais, jamais je ne te referai du mal. Pardonne-moi tout le mal que j'ai pu te faire... Je sais que cela n'est pas évident, j'en suis consciente, et je comprendrai parfaitement que tu me haïsses...


Je laissai mes bras le long de mon corps, et la première fois depuis toujours, je baissai ma tête en signe de défaite, Tomoe avait raison, je n'étais qu'un robot qui ne savait faire que des dégâts autour de lui. 
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 8 Mai - 15:32 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
Kaïla s’était excusée … une chose que jamais je n’aurai crue possible. Ces mots me transperçaient le cœur alors que ses bras m’encerclaient, je me sentais rougir et trembler de bonheur, que ce passait-il donc ? Se décalant de moi, je la scrutais des yeux remplis de petites étoiles de tristesse, de bonheur, de mélancolie, de joie. Onee-chan se rapprocha de moi pour déposer délicatement sa main sur ma joue, je ne pu me retenir de frissonner à se contact. C’était chaud, doux, comment se faisait-il que le corps devant moi qui ressemblait tant à un humain ne l’était qu’a moitié ? Ca n’a pas d’importance. Onee-chan est là, seule avec moi. Me caressant la joue du bout de ses doigts fins, je ne lâchais plus son regard, j’étais hypnotisée par le moment.  

 
- Tout va aller mieux maintenant... Je ne t'abandonnerai plus jamais, jamais je ne te referai du mal. Pardonne-moi tout le mal que j'ai pu te faire... Je sais que cela n'est pas évident, j'en suis consciente, et je comprendrai parfaitement que tu me haïsses... 

 
Aller mieux ? Je ne comprenais pas … accepterait-elle mes sentiments interdits envers elle ? Comprendrait-elle ce que cela allait impliquer ? Que dirait père, les Marguerite, les Ketsuki ? Onee-chan que disais-tu et pourquoi abaisses-tu ainsi la tête ? Non, je ne veux pas te voir comme ça, je ne veux pas te voir faible, tu es tellement forte et belle … j’en suis jalouse, jalouse de ta personnalité. J’aimerai tant être comme toi, j’aimerai tant être toi … Et d’une part je détesterai ça. Ne me demandez pas pourquoi, je ne serai vous répondre.  
Ne voulant plus voir ce sentiment de faiblesse émanant de ma tendre sœur, je me rapprochais une seconde fois d’elle. Prenant son visage entre mes mains, je rapprochais mes lèvres des siennes. M’arrêtant à un centimètre de celle-ci, je lui soufflai dans un murmure presqu’inaudible des paroles douces en espérant la réconforter ainsi. 

 
- Tu n’as pas à te pardonner … de nous deux, je suis le vrai monstre … 

 
Ces mots étaient choisis, volontairement je m’abaissai mentalement pour prouver que moi aussi, je devais me faire pardonner des mes actes ingrats. Onee-chan devait rester cette personne solide et forte que j’aimais et admirais, elle ne pouvait être faible et commencer à apprécier les humains. Je voulais être l’exception dans le tas, je ne voulais plus la partager, je ne pourrai l’accepter. Compressant mes lèvres sur les siennes, je ne pu me retenir un gémissement de plaisir quand je frôlais cette surface douce. Je n’étais pas nerveuse de mon geste, mais de la réaction qu’aurait Onee-chan fasse à mon attitude. Coupant le contact, j’abaissai la tête dans un premier temps. 

 
- Comprend-tu ce que je ressens ? Je te hais et je t’aime tant en même temps. Tu es un obstacle pour moi et pourtant je ne serai vivre sans toi … pardonne-moi Onee-chan, pardonne-moi de ce que je suis. 

 
Relevant la tête, je lui adressai un sourire des plus sincère, peut être un des premiers qu’elle avait vu apparaitre sur mon visage encré dans un sarcasme habituel. Il lui était destiné … Je lui étais destinée, corps et âme … j’appartenais à la authentique héritière des Marguerite, qui n’était qu’autre que Kaïla Ketsuki Marguerite. L’ainée de la famille … celle qui devait monter sur le trône si cet accident n’avait pas eu lieu. Ce camion chimique qui avait renversé la voiture dans laquelle elle était et avait explosé quand ceux-ci se sont heurtés. Je me rappelle que j’avais du rester à la maison pour une saleté d’infection bactérienne, si ca n’avait pas été le cas, j’aurai accompagnée mon Onee-chan à une conférence de presse qu’avait dédié les Ketsuki au Marguerite. 

 
- Te rappelles-tu de ce jour … le jour ou le destin nous a séparées … je le regrette.  

 
Mon visage s’était assombri par la colère et le mépris en même temps, c’était de leur faute. C’était eux qui m’avaient privés de la présence de ma sœur.  
  


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Sam 8 Mai - 17:27 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

Je ne savais comment Tomoe réagirait après mes paroles. La première fois de ma vie je m'abaisse devant quelqu'un en montrant ainsi mes faiblesses. De plus, c'est devant elle, devant cette personne que je voulais toujours surpasser. Je ne pu annuler mon geste, cela était fait et rien ne changera. Que feras-tu maintenant Imôto-chan? Te moqueras-tu de moi avec ce ton sarcastique qui te caractérisait autant ou me mépriseras-tu comme j'avais toujours l'habitude de le faire avec toi? Ou plutôt tu ne feras rien, juste me blaiseras encore plus en me disant tout simplement que tu me haïs? Plongée dans mes réflexions, je ne fis pas attention à Tomoe qui à présent se trouvait juste à quelques centimètres de mon visage qui était entre ses mains. Son geste me fis hésiter, je ne savais pas quoi faire, mon premier réflexe était de me retirer ou de la repousser, mais je ne pu faire ne serait ce qu'un geste. 


- Tu n’as pas à te pardonner … de nous deux, je suis le vrai monstre … 


Le vrai monstre? Tu... Mais avant que je puisse assimiler ce qu'elle me disait, ses lèvres vinrent se coller aux miens. Elle gémit de... plaisir? J'étais littéralement paralysée. Aucun mouvement, je ne respirais même pas sur le moment. Après un instant restées ainsi, ma petite sœur brisa se contact, que j'ai du l'avouer ne me déplaisait pas,  et baissa la tête en disant :


- Comprend-tu ce que je ressens ? Je te hais et je t’aime tant en même temps. Tu es un obstacle pour moi et pourtant je ne serai vivre sans toi … pardonne-moi Onee-chan, pardonne-moi de ce que je suis.  


Je le comprenais parfaitement, mais jamais je n'aurai cru qu'elle puisse avoir des tels sentiments envers moi. Jamais je ne me douterai qu'elle puisse avoir un autre sentiment que de la haine ou du mépris à mon égard. Je ne réfléchissais plus, je ne savais quoi lui répondre. Le sourire qu'elle m'adressa à ce moment avait quelque chose de spécial en lui, une chose que je pouvais comparer à de la sincérité. Il était tellement beau et malheureusement apparaissait si rarement sur son visage. Son visage... Je ne me suis jamais attardée sur sa personne, à chaque fois qu'on se voyait, on ne se préoccupait pas l'une de l'autre, juste de nos objectifs individuels. Et là, cette nuit, dans cet endroit que je n'appréciai guère je l'ai vue. Sa vraie personne, sans la moindre trace de faux, juste Tomoe et moi. D'un côté j'étais heureuse de pouvoir enfin la découvrir d'un autre point de vu. Tous mes doutes et mon mépris se sont envolés en un clin d'œil. Il m'a suffit juste d'un regard, de l'acier... une matière si froide, mais si envoutent en même temps. Ses yeux, non... Nos yeux, tellement particuliers et qui reflétaient que la grandeur. Je réalisais, oui que maintenant, que Tomoe était la seule personne que je considérai autrement que tous ses déchets qui se regroupaient sur cette terre. Oui, j'en étais sure, jamais je ne la mettrai au même niveau qu'eux. Elle était toujours au dessus, un obstacle qui me faisait plus de bien que de mal, une personne grâce à laquelle je pus vraiment arriver la où je suis aujourd'hui. 


- Te rappelles-tu de ce jour … le jour ou le destin nous a séparées … je le regrette. 


Pourquoi me parlait-elle de ça? Ce jour où tout a changé et la haine prit le dessus sur mon être. Depuis les humains n'avaient plus d'importance, ils existaient juste pour mourir et le plus vite possible serait le mieux. Mais Tomoe n'était pas comme eux. Non...
Son visage s'assombri et le mépris revint sur ses traits. Je ne voulais pas, non, je voulais pour que ce mépris disparaisse pour l'instant, au moins envers moi. Je ne voulais voir ce visage, il me faisait trop mal. Je l'aimais, et plus de ce qu'elle pouvait imaginer. Il était temps de lui montrer ma reconnaissance, pour tout.


- Non, Tomoe, on ne put changer le passé... Par contre, on peut toujours construire un futur.


Je me fichais bien si elle ne comprenait pas ce que je voulais dire par là. La seule chose qui comptait pour moi était le bonheur... notre bonheur.
Sans vraiment être consciente des mes actes, je la poussai doucement jusqu'à que son dos touche le mur de derrière. La bloquant entre mes bras de deux cotés de sa tête, je voulais lui montrer ce que je ressentais. Mon regard croisa le sien, mon cœur battait tellement vite et fort que je pouvais l'entendre distinctement. J'espérais juste que Tomoe n'y fasse pas attention. Il était temps de revenir en personne digne de mon nom. Tomoe... Juste elle qui comptait, rien de plus. J'approchai mon visage jusqu'à que mon front touche le sien avant de l'embrasser en cherchant à avoir accès et pouvoir goûter à cette valse interdite. Mon attente s'avéra de courte durée, entrouvrant la bouche, Tomoe me laissa jouer avec sa langue sans retenue. Une de mes mains vint se placer dans sa chevelure verte, tandis que l'autre commençait à parcourir ses courbes. Le souffle court, je me retirai doucement laissant un peu de liberté à mon Imôto-chan, mais restant assez près pour sentir son souffle chaud sur mon visage. Je ne la quittai pas des yeux. Je ne savais si je pouvais continuer ce jeu interdit par l'éthique. Que pensais-tu Tomoe?
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 9 Mai - 18:40 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
- Non, Tomoe, on ne peut changer le passé... Par contre, on peut toujours construire un futur. 

 
Construire un futur ? Envisageait-elle donc réellement un futur à mes côtés ? C’était si beau ... émouvant à dire. Je sentis que Kaïla me poussa doucement afin que je sois dos collé au mur, ses bras se plaçaient de façon à ce que ma tête soit entre celle-ci. Utilisant le mur comme appuis, Onee-chan était légèrement courbée vers l’avant. Posant son front contre le mien, je ne pu m’empêcher de frissonner à ce toucher. Nous n’avions pas retiré ce contact visuel si intense tout le long de son approche, je voyais dans ses yeux une certaine envie, de force et de faiblesse en même temps. Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, je sentis ses lèvres se poser sur les miennes une seconde fois. Bizarrement, je sentais que jamais je ne serai me lasser de ce contact. Sentant qu’elle me quémandait l’accès à ma bouche, je ne la laissai pas attendre plus que ça pour permettre à nos langues de danser l’une avec l’autre. Le paradis, je jouissais intérieurement, ce baiser ne pouvait être comparé à quoi que ce soit d’autre, mes paupières se fermèrent automatiquement, le bonheur. Une de ses mains commençait à glisser avec tendresse sur mon corps tandis que l’autre avait pris appuis sur mes cheveux, j’aurai eu l’impression que nos corps commençaient à se connecter l’un à l’autre, voulant moi aussi profiter des possibilités que m’offrait le moment, je voulu aventurer mes mains sur les épaules de Kaïla, mais avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, Onee-chan brisa le contact pour me sonder du regard. Attendait-elle l’autorisation de continuer ? Quelle drôle d’idée, évidement qu’elle le pouvait ! 

 
- Une panne dans ton circuit électrique ? 

 
Je rigolais moi-même de ma phrase, finalement mon sarcasme ne pouvait être atténué quel que soit les circonstances. Mais je ne pouvais m’empêcher de penser, oui j’y arrivais un peu mieux que précédemment, que si elle s’était arrêtée c’était peut être parce qu’elle ne savait comment faire. 

 
- Si tu ne sais pas, laisse-moi te montrer … 

 
J’avais dis cette phrase avec une intonation entre le plaisir et la tentation, je voulais ma sœur, je la voulais pour moi et pour personne d’autre. D’un moyen ou d’un autre, je la ferai mienne.  

 
La prenant par la taille, je l’encerclais avec une lueur de malice. Montant l’égerment sur la pointe de mes pieds, je vins lécher sensuellement ses lèvres, avant d’abaisser ma tête pour sourire lègerment. J’avais compris qu’elle ne se satisferait certainement pas que de ça, mais le lieu n’était pas vraiment approprié pour que je puisse m’exalter sur son corps et en apprendre les moindres recoins.  Me séparant de ma future amante, je me dirigeais vers un sorteur pour lui adresser deux mots. Sortant une liasse de billet de ma poche, je le lui tandis tout en essayant de le masquer aux yeux des autres personnes se trouvant dans le lieu. L’homme, battit comme un mur, me regardait du coin de l’œil avant de porter son attention à mon Onee-chan. Me souriant avidement, il se penchait sur moi tout en plaçant quelque chose dans ma poche. Rigolant à ses propos, je lui fis signe avant de retourner vers Kaïla qui semblait se demander ce qu’il se passait. Gloussant l’égerment, j’entourai sa tête avec mes bras avant de l’embrasser tendrement sur les lèvres, mordillant affectueusement sa lèvre inferieure, je pouvais voir qu’elle n’allait pas savoir subir mon petit jeu qui consistait à lui donner envie et à me rétracter à la moindre occasion. Reculant une fois de plus, je captai son regard pour lui montrer ce qu’il y avait dans ma poche. 

 
- J’ai demandé à ce gentil monsieur de nous laisser une des chambres se trouvant au dessus de la boite, ca te tente de continuer notre débat dans un lieu plus intime ? Ou ... tu n’as plus la force d’attendre ma chère On-ee-ch-an ? 

 
J’avais scrupuleusement dis ma dernière phrase avec un certain narcissisme dans la voix, il était vrai que je voulais l’avoir le plus tôt possible, mais ne pouvions-nous pas augmenter l’excitation avec de l’attente ? Un rien pourrait renflammer la braise qui s’écoulait dans tout mon corps. La regardant en me mordillant la lèvre, j’attendais avec impatience sa réponse.  
  

Ce lemon va tourné à un truc de Sadique Onee-chan ! xD 
Youpppy mdr 
... 


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 9 Mai - 21:11 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

- Une panne dans ton circuit électrique ? 


Après cette phrase, elle éclata de rire. J'étais bouche-bée face à sa réplique. Après tout, il était impossible de la changer, ce constat me fit juste sourire. Mais ma bonne humeur s'effaça bien vite après sa deuxième réplique.


- Si tu ne sais pas, laisse-moi te montrer …


Non, mais que croyait-elle, que je vais gentiment me laisser faire à ces envies? Au moins une chose était claire, elle voulait aller plus loin, et ce n’est certainement pas moi qui allais l'arrêter. Tournant la tête un peu de coté je la regardai d'un air moqueur qu'elle ne remarqua même pas. Elle me prit par la taille et sur les pointes des pieds, lécha mes lèvres. J'étais de plus en plus amusée par la situation, ou plutôt excitée. Je ne voulais plus la lâcher ne serait ce pour une seconde. J'avais envie de découvrir son corps dans les moindres détails et ce, le plus vite possible. Mais Tomoe n'avait pas l'air d'être du même avis. Elle s'éloigna de moi et alla près d'un homme pour lui dire quelque chose que je ne pu entendre. Ma frustration était à son comble, je froncis les sourcils quand l'homme en question me regarda. Je ne savais pourquoi, mais ce que j'ai vu dans son regard m'a déplu. Il glissa quelque chose dans la poche de ma sœur. Mais je ne m'attardai pas sur lui car Tomoe venait de revenir en gloussant. Sans attendre un instant elle entoura ma tête de ses bras et m'embrassa. Un baiser doux et qui me mettait dans tous mes états, je ne voudrai jamais briser ce contact, cette sensation qu'elle m'offrait en cet instant. Elle me mordillait la lèvre, je voulus lui répondre à son petit jeu en l'embrassant avec autant de passion et douceur. Mais elle ne fut pas du même avis, se reculant elle m'invita à regarder ce qu'elle avait dans la poche. Sans vraiment faire attention à ça, je grondai de frustration. Je ne pouvais quitter des yeux sa personne ne serait ce que pour une seconde.


- J’ai demandé à ce gentil monsieur de nous laisser une des chambres se trouvant au dessus de la boite, ca te tente de continuer notre débat dans un lieu plus intime ? Ou ... tu n’as plus la force d’attendre ma chère On-ee-ch-an ?


La façon dont elle a prononcé son dernier mot me fit frissonner de toute part. Tout dans son être m'incitait à la prendre, ici en ce moment sans attendre. Je sentis mon corps tout entier se réchauffer d'une envie incontrôlable. La faire languir me serait impossible, cette envie de sa chair, de la sentir tout contre moi était insupportable. L'attente était une chose inadmissible dans des telles situations. Mais on ne pouvait continuer ici, avec toutes ces personnes autour, il ne manquerait que ces déchets puissent profiter du spectacle. Je l'approchai doucement et prenant son visage entre mes mains je lui donnai un chaste baiser avant de lui tourner le dos et l'attraper par sa douce main. Sans me presser, je détaillais l'endroit à la recherche d'un quelconque escalier. L'ayant trouvé, je tournai ma tête vers mon Imôto-chan et avec une pointe d'amusement dans la voix je lui dis :


- On pourrait attendre, rien ne presse ne? On a toute la nuit.


J'en ri intérieurement, même avec cet envie qui me tiraillais tout au fond de moi, je fis tout l'effort imaginable pour ne pas céder à son caprice. Il était hors de question de la laisser faire ce qu'elle voulait. Avec un clin d'œil j'ajoutai: 


- Je plaisante. Viens avec moi.


Un petit rire m'échappa et avant qu'elle puisse dire un mot, je l'entrainai déjà vers l'escalier. Sans lâcher sa main, je montai doucement, juste pour faire monter mon envie et de la taquiner un peu. Arrivées en haut, je regardai le couloir qui se présentait à moi. Je me tournai vers Tomoe et d'un geste sec l'approchai de moi de sorte que son visage soi à quelques centimètres du mien.


- C'est quelle chambre? Ou peut être que tu préfères le couloir?


Un large sourire se dessina sur mes lèvres tandis que je me reculai pour mieux contempler son beau visage.
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 10 Mai - 17:44 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
- C'est quelle chambre? Ou peut être que tu préfères le couloir? 

 
Après m’avoir tirée jusqu’au premier étage, Onee-chan commençait à me narguer de plus en plus. Franchement, que ce soit la chambre ou le couloir, ca n’avait pas d’importance. Du moment que personne ne nous surprenait et gâcherait notre moment de pur plaisir n’importe quel endroit aurait été parfait. Ne voulant pas céder à sa moquerie, je ne pu m’empêcher de lui faire une moue boudeuse quand elle se recula de moi pour me détailler du regard.  Mais qu’est ce qu’elle m’énervait ! Me rapprochant avidement de ma sœur, je lui avais murmuré à l’oreille avant de légèrement mordiller celle-ci. 

 
- Hum ca n’a pas d’importance pour moi, pourquoi ne pas commencer ici et finir dans la chambre ? 

 
Donnant des gestes aux paroles, je commençai à faire balader mes mains sur ses courbes sans retenue. Suçotant son cou de doux baisers papillons, je la sentais frémir au moindre de mes touchers. Un pur régal pour mon être, dominant la situation jusqu'à présent, je la poussai contre le mur en rompant ainsi mes caresses et mes baisers. Se heurtant contre le mur qui se trouvait juste derrière elle, je pu voir Kaïla grimacer quand son dos se heurta dessus. À ce moment précis, je ne pouvais retenir un petit gloussement. Je savais que j’allais payer cher ce geste, mais un peu de violence dans l’amour pourrait justement exciter encore plus l’action. Me lançant avidement sur le corps de ma belle, je commençais à lui faire descendre son gilet noir le long de ses épaules. Je ne voulais que rien ne me sépare d’elle et se laissant faire je compris qu’elle n’était pas contre. Ma bouche prenait possession de la sienne sans retenue, je jouais malicieusement avec sa langue, je ne pouvais plus retenir l’excitation, j’en voulais encore et encore plus. Devant me séparer de se miel alléchant pour reprendre un bouffée d’oxygène, j’en profitais pour regarder le visage magnifique que m’offrait mon Onee-chan. Onee-chan … pouvais-je encore l’appeler comme ça après ce qu’il allait se produire ? Ca n’a pas d’importance, jouons ensemble, jouons jusqu'à la fin de la nuit. Mes mains ne sachant rester en place c’étaient déjà glissées sur son T-shirt, je voulais sentir sa peau douce et chaude sur mes doigts fins, je voulais la voir gémir de plaisir au moindre de mes touchers, intérieurement je ne tenais presque plus. Nous venions de commencer et pourtant, je sentais mon corps subir le choc de l’excitation. Serait-ce parce que … c’était ma première fois ? Jamais, jamais je n’oserai avouer à ma sœur qu’elle serait la première à m’avoir, à réussir ce que tant d’autres espéraient. Sous cette pensée, je glaçai littéralement. Une chaleur étrange se formait dans mon intimité, serait-ce ? Non … c’est … Levant les yeux vers ma sœur, je remarquai qu’elle me questionna du regard. Allais-je le lui dire ? Ou faire abstraction à ce détail qui n’avait pas vraiment d’importance … ou justement tout au contraire. Retirant mes mains de son T-shirt, je les descendis jusqu'à l’ouverture de son pantalon avant de commencer à déboutonner celui-ci. Je sentis ses mains vouloir m’arrêter, mais d’un mouvement précis, je les attrapai pour les plaquer contre le mur qui la tenait derrière. Gémissant d’envie surmontée d’une petite pointe de colère, je repris possession de sa bouche pour commencer un nouveau bal sensuel avec sa langue. Après ce long baiser, je déposai mes lèvres sur les siennes avec chasteté avant de lui déclarer le plus bas possible mon envie. 

 
- Chambre 29, d’ici une minute, nous y sommes et encore … dépêche de bouger, j’ai envie de toi. 

 
Me reculant d’elle, je la pris par le bras pour la trainer jusqu'à cette chambre que je voulais découvrir le plus vite possible. M’arrêtant devant la porte, je mis la clé dans la serrure avant de la tourner d’un coup sec. Bingo. Poussant la porte de mon bras libre, je rentrai dans la chambre en entrainant avec moi mon amante. 

 
La pièce dans laquelle nous nous trouvions n’était pas vraiment à plaindre, à se demander comme un endroit si bien pouvait se trouver au-dessus d’une discothèque poisseuse. J’en étais presque choquée, la chambre comportait un lit double correspondant exactement au style japonais, une étagère trônait le long d’un mur où se trouvait accrochés quelques cadres de décorations. Le reste du mobilier n’avait pas vraiment d’importance, mais l’ensemble donnait un certain charme à l’endroit. 

 
- Parfait … 

 
Je n’aurai pas rêvé mieux pour ma première fois, j’avoue que je m’attendais à un lieu crasseux ou seul un matelas cacherait diverses saletés jonchant le sol, attaqué par la poussière et d’autres débris humains. J’avais lâché ce simple mot dans un murmure presqu’inaudible, j’étais émerveillée par les lieux. Me retournant vers ma sœur pour lui montrer mon enthousiasme, je lui sautai au cou pour l’embrasser avec passion, j’étais … heureuse. J’en avais presque oublié mon excitation, celle-ci avait changé en adoration. Moi, lunatique ? Vous plaisantez j’espère. 

 
Me séparant de Kaïla, je sautais littéralement de joie dans toute la pièce, je scrutais les moindres recoins pour trouver tout ce qui pouvait être excitant. M’avançant vers une porte se trouvant sur le mur face au lit, je l’ouvrir tout en criant de joie. Une salle de bain … plein d’idées plus farfelues les unes que les autres vinrent me traverser l’esprit. J’étais tel une enfant dans une pleine de jeu accompagnée par son animal domestique. J’avoue que la comparaison entre ma sœur et un animal domestique n’était certainement pas des plus appréciables, mais que vouliez-vous ? On ne me changera plus. Me dirigeant vers le lit, je me lançais dessus pour y atterrir sur le ventre, il était confortable, un vrai plaisir. Me redressant sur mes coudes, je jouais des jambes tout en me perdant dans mes pensées. Me retournant premièrement vers une des tables de nuit, curieuse je l’ouvris sans mégardes. Choquée de ce qu’il y avait à l’intérieur ? Certainement pas, je dirai plutôt enthousiaste. Cachant l’objet de façon à ce que mon Onee-chan ne le voit pas, je gloussais avant de me retourner vers elle.  

 
- Onee-chan … approche-toi, j’ai envie … de toi … 

 
J’avais dis cette phrase tout en me mordillant la lèvre, divulguant l’objet que j’avais soigneusement caché je le tendis afin que ma sœur puisse prendre conscience de ce que c’était. 

 
- Cet homme est un pervers … Il a caché des menottes dans son tiroir, jouons avec veux-tu … 

 
Ma voix était suppliante, je n’attendais plus qu’elle pour commencer à jouer. Je la voulais, je l’aurai et j’en jouirai. 
  
  


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Lun 10 Mai - 23:04 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

- Hum ca n’a pas d’importance pour moi, pourquoi ne pas commencer ici et finir dans la chambre ?
  
A croire qu'elle voulait faire les choses rapidement, complètement amusée par la situation je laissais Tomoe prendre le contrôle. Pourquoi ne pas voir de quoi était-elle capable? Je frissonnais à chacun de ses touchers, c'était plus fort que moi, mon corps tout entier était sous son contrôle, sous ses désirs. Et rien ne pouvais l'arrêter, et certainement pas moi. C'était l'évidence même jusqu'au moment où mon dos vint se cogner contre le mur. Je grimaçais sous la douleur provoquée par le geste de mon Imôto-chan. Je sentais un sentiment de faiblesse remonter en moi en flèche. Je fus bien contrariée par cela, et j'étais bien prête pour le lui faire savoir. Mais tout s'envola quand Tomoe se rapprocha encore et commença à m'enlever le gilet avec lenteur. J'étais trop avide de son corps et trop prise par sa contemplation que je la laissais faire sans retenue. Elle prit possession de ma bouche, nos langues recommencèrent cette mini guerre de suprématie. L'envie de Tomoe dépassait d'un bon cran le mien, elle ne pouvait plus retenir ces mouvements, ces mains passaient sur mon t-shirt. Je n'en pouvais plus, je voulais sentir ces doigts parcourir ma peau, chacune de ses caresses qui me feraient gémir, chacun de ses baisers doux dont, je le savais, je ne pourrais me passer dès ce moment.  Elle releva la tête pour me regarder, pourquoi hésitait-elle? Mon regard devait parler pour moi, car Tomoe retira ses mains de mon t-shirt qu'elle a bien froissé au passage, pour les descendre jusqu'à mon pantalon et le déboutonner. Automatiquement, je voulu l'arrêter, si elle pensait pouvoir prendre le pouvoir à ce point, elle pouvait toujours espérer. J'étais celle qui voulait lui montrer le plaisir, lui faire monter son excitation jusqu'à la jouissance. Et regarder son mignon visage pendant tout ce temps. Elle ne fut pas du même avis, avec une colère que je pus ressentir, elle plaqua mes mains sur le mur qui se trouvait dans mon dos. Je fronçais les sourcils en voulant protester contre son geste. Mais elle reprit possession de ma bouche et après un long baiser, elle déclara :


- Chambre 29, d’ici une minute, nous y sommes et encore … dépêche de bouger, j’ai envie de toi.


J'en riais intérieurement, je ne m'étais pas trompée, elle était encore plus pressée que moi. Et ne se gênais pas le moins du monde pour me le faire comprendre. Un sourire sur mon visage, je la suivis, ou plutôt me fit trainer par le bras, dans la dite chambre. A l'intérieur je jetai un coup d'œil à la pièce qui, je devais l'avouer, était de bon goût. Mais mon attention se reporta rapidement sur Tomoe qui était complètement prise par la contemplation de la chambre.


- Parfait …


Un sourire moqueur apparu sur mes lèvres, comme elle était mignonne. Me sautant au cou, elle m'embrassa pour, de nouveau, partir à l'exploration de la chambre. Mon sourire devint doux, tout son être expirait la joie, une chose aussi simpliste que cette chambre la mettait dans tous ses états. D'un coté je ne voulais l'interrompre et la regarder s'amuser. Mais d'un autre coté mon envie de son corps ne me laissait pas tranquille. Elle a trouvé quelque chose dans un des tiroirs, mais je ne pus voir de quoi s'agissait-il. Je restais perplexe en ne bougeant pas d'un poil de ma place initiale.


- Onee-chan … approche-toi, j’ai envie … de toi …


Fermant une seconde les yeux, je les rouvris et fermant la porte qui était restée jusqu'à présent ouverte, je m'approchai du lit sur lequel se trouvait mon Imôto-chan pour découvrir... des menottes?! Alors là, je ne m'attendais pas à trouver une chose pareille dans cette chambre. Mais cela pourrait être intéressant, un mince sourire vint étirer mes lèvres.


- Cet homme est un pervers … Il a caché des menottes dans son tiroir, jouons avec veux-tu …


Je penserai à faire sortir la perversité de la tête de ce gros macho un peu plus tard. C'était sur qu'il ne s'en sortirait pas comme ça. Mais pour l'instant j'avais des choses plus intéressantes à faire, Tomoe me regardait de ses yeux aciers qui me suppliaient d'accepter sa demande. Et il allait de soit que je n’allais pas refuser. Avec un rire, je sautai sur ma proie et m'asseyant à califourchon sur Tomoe, j'attrapai les menottes. Avec un sourire de prédateur, d'un geste rapide je lui attrapai les poignets pour les attacher ensemble derrière un échelon du lit.


- Nous allons jouer, oui.


Avec une lenteur exagérée je lui enlevai sa cravate noir suivit de son gilet de la même couleur. Pour découvrir en dessous une chemise que je déboutonnai sans me presser. Mon envie de son corps montait à une vitesse inimaginable, prenant autant de temps était un supplice pour moi, mais je ne voulais pas aller trop vite. Quelque chose dans ses expressions me disait qu'elle n’était pas à l'aise. Mais après tout c'était le but, de la faire languir le plus longtemps possible. D'un coup une petite pensée vint me tirailler. Serait-il possible que se soit sa première fois? J'hésitai à lui poser la question, tôt ou tard j'allai le découvrir de toute façon. Poussant un grognement, je déboutonnai ma propre chemise pour faire apparaitre mon soutien noir. Je pris mon couteau avant de lancer le tissu quelque part dans la chambre. A ce moment je vu une étincelle de peur passer dans les yeux de Tomoe. Dans un murmure, je lui soufflais à l'oreille avant de la lécher du bout de ma langue :
 
- Ne t'en fais pas, je ne te ferai pas du mal, du moins pas comme tu le penses.


Ma phrase me fit rire moi-même. Avec un geste précis, je coupai diagonalement sa chemise pour découvrir sa peau laiteuse. J'étais émerveillée devant le spectacle qui s'offrait à moi. Avec un sourire en coin je lui enlevai son soutien rouge. Je m'empressai de m'emparer de sa bouche pour l'embrasser passionnément. Me frayant l'entrée de force avec ma langue, je vins jouer, pour la énième fois de la soirée, avec sa langue. Pendant ce temps ma main droite se déplaça sur sa poitrine pour venir s'attarder sur son téton qui s’était déjà durci. Pendant ce temps ma deuxième main descendit jusqu'à sa jupe pour d'un geste l'enlever avec sa culotte. Ne m'attardant pas sur sa bouche, je lui donnais des baisers doux dans le cou. Ma langue passa le long de ce dernier pour descendre sur sa poitrine et venir lécher son téton. Je me plaisais à la mordiller délicatement tout en m’amusant avec l’autre, de doux pincement faisaient frissonner son corps de plus belle. Je passai ma langue dessus décrivant des petits ronds, des cercles qui n’avaient pas vraiment de formes précises, je m’exaltais sur ses tétons tandis que ma main gauche vint remonter le long de sa cuisse pour s'arrêter un instant près de son intimité. Remonter vers son visage je le caressai doucement, j’avais plaisir à la voir suffoquer de plaisir sous mes caresses qui venaient juste de commencer. Ensuite, mais mains longèrent ses courbes tandis que mes baisers descendirent le long de son ventre pour s'arrêter sur son nombril un moment, pour descendre vers son bas-ventre. Voulant lui faire payer ma petite mésaventure avec le mur au part avant, je remontai brusquement vers son visage et détachai ses mains. Je décidai d'arrêter le jeu ici, pour pouvoir prendre tout le plaisir de la regarder jouir sous mes caresses. Prenant possession de sa bouche je descendis ma main vers son intimité que je frôlais doucement. Je ne pu me retenir de sourire quand je sentis que celui-ci était déjà bien humide. La regardant dans les yeux, j'ai vu quelque chose qui m'arrêta dans ma lancée. Aurais-tu peur Tomoe-chan? Avec un sourire doux je lui demandai:


- Serait-ce ta première fois?


Je déposai un chaste baiser sur ses lèvres avant de plonger mon regard dans le sien. Je sentais que je n’allais pas attendre trop longtemps la réponse, elle commençait déjà à ouvrir la bouche pour formuler une réponse que j’attendais des plus amusantes à mon gout.
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 15 Mai - 02:39 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
- Serait-ce ta première fois? 

 
Après m’avoir cette question des plus frustrantes pour moi, elle déposa ses lèvres sur les miennes avant de me capter du regard. Qu’allais-je bien lui répondre ? La vérité … lui dire que j’étais toujours vierge et me montrer impuissante devant elle ? Comment … comment oserais-je lui dire ? Déjà que je rougissais de ma nudité, je ne savais pas si je me permettrai d’explosée. Encore plus, si cela était possible. Tout mon corps n’était voué qu’à elle, les moindres parcelles qu’elle effleurait me rendaient complètement folle. Je ne tenais plus, plus du tout. 

 
- Kaïla-Onee-chan … Ce n’est pas ce que tu crois, si mais je … Je … 

 
Je ne savais que dire, les sons qui sortaient de ma bouche n’avaient vraisemblablement aucun sens, incompréhensible mais perceptibles. Il fallait que je lui dise, elle me foudroyait littéralement du regard, j’en étais presque intimidée. Je l’étais. Portant une de mes mains qu’elle avait libérées précédemment sur son visage, je me permis de caresse sa joue tendrement avant de formuler quoi que ce soit. 

 
- Seras-tu m’aider à régler ce problème dérangeant ? 

 
Répondre à une question par une question, rien de mieux pour échapper à une confession des plus gênantes. Je ne lâchais pas son regard un instant, elle faisait de même. Un sourire moqueur et doux en même temps se dessinait sur son visage tandis que je sentais sa main caresser délicatement mon ventre. Couchée sur moi, elle me cachait de ma nudité, mais je ne voulais pas être la seule à exposée ainsi librement mon corps. Me redressant légèrement en la poussant, je fini par me retrouver sur assise juste à côté d’elle. Passant mes mains dans mes cheveux, je tournai la tête pour la regarder de tout son long. Un sourire envieux se dessinait avec malice sur mes lèvres, une idée folle venait une fois de plus passer par mon esprit des plus tordu. Enjambant ma belle afin que je puisse me retrouver sur elle, je me penchai de sorte à ce que mon bassin s’appuis sur le sien tout en capturant ses lèvres. Ma peau nue se heurtait à ses habits, ce n’était en rien agréable, je voulais sentir sa peau sur la mienne, mais je ne savais comment l’incité à se déshabillée … Serait-il préférable que je le fasse moi-même ? Elle ne s’était pas gênée pour déchiqueter mes vêtements en lambeaux, pourquoi devrais-je me retenir, il n’y a pas de raison. La fixant de tout mon haut, je plaçai ma main sur ses lèvres en la faisant descendre jusqu'à l’ouverture de sa chemise. Déboutonnant doucement celle-ci, je ne la lâchai pas du regard. Je sentais mes doigts avoir du mal à contourner ceux-ci et je savais pertinemment que Kaïla s’en doutait, n’acceptant pas cet état me rabaissant, je déchirai la chemise d’un geste me permettant ainsi d’exploser tous les autres. Je souriais seule avec ma victoire, montrant une moue victorieuse à ma sœur, je l’empêchai de me dire la moindre remarque en capturant ses lèvres furtivement.  

 
Tout en l’embrassant je l’incitais à se redresser elle aussi pour que je puisse détacher son dernier haut qui n’était autre qu’un magnifique soutien noir en dentelle des plus sexy. Il serait intéressant de me souvenir à ne pas le lui rendre quand elle se revêtira, souriant tout en l’embrassant je glissai mes mains dans son dos afin de lui retirer ce qui m’empêchait de voir sa poitrine. Une fois détaché j’en profitai pour rompre le contact avec Onee-chan. Me reculant un peu je baissai la tête pour m’émerveillée devant les forme généreuse que lui avait offert Dieu. Ni trop grand, ni trop petit, doux, beau et paraissant confortable, le bonheur pour mes yeux. Effleurant  du bout des doigts un de ses tetons, je m’émerveillais de le voir dressé et dur, te ferais-je autant d’effet Onee-chan ? 

 
- Onee-chan … tu es si belle, je te veux pour moi seule … 

 
Mon dernier mot n’était qu’un murmure inaudible, ne l’avoir que rien pour moi ne serait pas possible. Je me persuadais moi-même que je n’étais finalement qu’un coup d’un soir pour elle peut être. Aimer, m’aimait-elle autant que moi je le faisais ? Des idées noires me montaient petit à petit à l’esprit, comment puis-je penser ça à un tel moment ? J’avais les yeux scintillant de bonheur et pourtant je ne pouvais arrêter le flux de mauvaises idées me monter à la tête. Qui remportera le prix ? Le cœur ou l’esprit ? Va savoir. Secouant la tête en signe de résignation, je me changeai ma position pour m’assoir sur le bord du lit faisant, cette fois-ci, dos à Kaïla. Me tenant les mains entre la tête, j’essayai désespérément de retrouver un semblant de lucidité. Pouvais-je me permettre de gâcher ce moment par mes états d’âme ? Certainement pas. Relevant la tête pour regarder par une des fenêtres de la pièce et voir ainsi transparaitre le ciel étoilé, je ne pu retenir de m’excuser face à mon comportement plus que douteux. 

 
- Gomenasai … Onee-chan. 

 
Je la voulais, mais j’avais peur, peur de n’être qu’un pantin à ses envies. Je l’aimais sincèrement et pourtant je la détestais. Rien de compréhensible ne pouvait sortir de mon être, rien de ce que les gens pouvaient qualifié de normal selon la logique. Je sentais une fine larme se dessiner sur mes joues, serais-je donc triste à ce point ? Je ne me comprenais pas moi-même, j’étais dans un lieu rêvé avec la personne qui hantait mes désirs. On désignerait cette situation de «  bonheur à l’état pur », mais sans la réponse fatidique, il n’y aurait pas de véritable … bonheur. 

 
- Kaïla, que suis-je pour toi … un simple coup d’un soir ou m’aimes-tu vraiment ? Puis-je me permettre de te vouer mon amour, puis-je me permettre de me donner entièrement à toi … ? 

 
Le serment de la véritable héritière des Marguerite, vais-je donc pouvoir être au service de ses désirs tel un sacrifice se soumettant à son maître ? Vais-je recevoir en retour ce sentiment qui me compresse et m’inonde le cœur en même temps … Kaïla, prouve le moi … 

 
 Ps : Je sais qu’en faisant une suite comme ça, tu vas avoir dur à écrire une suite, mais j’avais envie xD Tu sais comment je fonctionne, les ¾ de mes sentiments passent dans mes écrits =P Désolée ma chérie Mdr <3 

 


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Lun 17 Mai - 17:39 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

- Seras-tu m’aider à régler ce problème dérangeant ?


Un problème? Donc j'ai vu juste, c'était sa première fois et elle était visiblement génée par la situation. Je la trouvai juste adorable à ce moment, et en même temps je ne pus m'empêcher de me moquer de la gène dont elle faisait preuve. Mais la cadette marguerite n'était pas du tout favorbale à sa position de soumission totale. Elle se déplaça de sorte à se retrouver au dessus de moi et avec un sourire envieux, Tomoe voulut déboutonner ma chemise. Mais apparement ce n'était pas tâche facile pour mon imoto-chan, car après un moment d'hésitation, elle la déchira sans ménagement faisant sauter tous les bouttons. Sans me laisse le temps de protester contre son manque de délicatesse, elle m'embrassa. Me redressant un peu pour qu'elle puisse m'enlever mon soutien, je m'amusais intérieurement de sa soudaine mise en confience. Je frissonnai quand ses doigts frollai délicatement ma peau nue. Je ne pouvais empêcher mon désir de monter avec les secondes. Son regard parcourait mes courbes sans la moindre gène, je pouvais détailler son visage fasciné. 
 
- Onee-chan … tu es si belle, je te veux pour moi seule … 


Tomoe étas-tu consiente de ce que tu vennais de dire? A ce moment précis je voulais me donner à elle, être la seule personne qu'elle verra d'une autre manière que les autres. Mais parlait-elle du présent ou du futur aussi? Je ne savais quoi penser, mon envie de son corps diminua tout d'un coup. Je n'y ai pas pensé avant. Que ressentais-je envers elle vraiment? Juste une envie charnelle ou quelque chose de plus? 
Tomoe s'assit au bord du lit me faisant dos. 


- Gomenasai … Onee-chan.


J'étais allongée sur le lit sans bouger. Je fixais le dos de Tomoe sans vraiment le voir. Pourquoi s'excusait-elle? Je ne comprenais plus rien, je ne voulais pas penser en ce moment. Juste l'aimer. 


- Kaïla, que suis-je pour toi … un simple coup d’un soir ou m’aimes-tu vraiment ? Puis-je me permettre de te vouer mon amour, puis-je me permettre de me donner entièrement à toi … ? 


J'étais déconcertée par ses questions. Je voulais l'aimer, l'accepter comme elle était avec son éternel sarcasme. Mais je n'ai pas pris en compte ses propres sentiments. Juste ce que je voulais moi, en ce moment. Mais que voulais-je en fait? Etait-ce passager? ou je l'aimais vraiment au point de lui donner mon âme? Je n'aurai jamais cru que Tomoe Marguerite, la personne qui voyait les gens de haut et qui ne se souciait pas d'eux, aie des sentiments pour quelqu'un. Et ce quelqu'un n'était autre que moi, sa sœur qu'elle haïssait depuis toujours.  
Je me redressais pour être assise sur le lit. Avec un sourire doux sur le visage j'enlaçai Tomoe par les épaules en lui donnant des baisers papillons dans le cou. Ne voyant pas de réactions satisfaisantes à mon gout, je soupirai et m'assit à coté d'elle. Avec ma main, je tournai doucement sa tête pour qu'elle me fasse face. Je remarquai sur sa joue un sillon de larme... Pourquoi pleures-tu? Sans rompre le contact visuel avec Tomoe je lui déclarai dans un murmure:


- Pleurer c'est pour les faibles, Tomoe... 


J'essuyai cette larme avec ma main en lui caressant la joue. Il était rare de la voir pleurer.. Non, c'était inexistant venant de sa personne. Et ici devant moi elle pleurait... Par ma faute. Je ne voulais pas détruire ainsi cet être puissant qu'elle était devenue avec le temps. Cet être qui, maintenant je le sais, m'a volé mon cœur. Mon cœur inaccessible que je voulais lui donner. Ce sera surement la première et dernière personne pour laquelle je laisserai l'accès à mon âme intouchable. Mais comment lui exprimer que, celle qu'elle croyait sans cœur ni âme, l'aimait? Quelque chose me serrait dans la poitrine, comme une poigne de fer autour de mon cœur qui ne voulait pas le lâcher. Pourquoi avouer qu'on aime après s'être dit le contraire, fait si mal? Mais cette douleur n'était pas mauvaise, il y avait en elle quelque chose de chaleureux, d'apaisant. Il était temps de réaliser que Tomoe n'était pas comme les autres et que je ressentais, envers elle, plus qu'elle ne le pensait.


-  Je t'aime... Et je veux que tu n'appartiennes qu'à moi. Je ferai tout pour mériter ton amour.


Sur ces mots, je pris doucement son visage entre mes mains et je déposai délicatement un baiser sur ses lèvres. Savant que ce moment de pur bonheur ne pouvait durer éternellement, je me reculai doucement d'elle pour plonger mon regard acier dans le sien et contempler son visage. Ce visage que je voulais, dès maintenant, voir toujours souriant.








Ps: Baka! Tu m'as fait galérer deux jours la dessus >_< Admire maintenant! *o* XD 
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mar 18 Mai - 20:11 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
-  Je t'aime... Et je veux que tu n'appartiennes qu'à moi. Je ferai tout pour mériter ton amour. 

 
Ces mots étaient choquants et bouleversant pour mon être, je pouvais voir dans ses yeux la sincérité ainsi qu’une pointe de gène. Ses yeux gris étaient miroites autant que les miens, je ne savais pas garder le contact visuel, je n’y arrivais pas, je détournai le regard. C’était trop beau pour être réel, je devais rêver … oui, rêver le moment présent. Portant mes mains à ma poitrine, je sentis de fines coulées jaillir de mes yeux, repensant aux paroles de ma sœur, je les essuyai d’une traite avant d’afficher un sourire peiné et heureux en même temps à celle qui m’avait déclaré son amour. Comment aurais-je pu penser qu’un jour j’aimerai et détesterai une personne tant que ca ; qui airait cru que la grande Tomoe Marguerite se prenant pour une déesse pourrait s’adoucir sous le regard attendrissant et froid d’une simple mortelle ? Simple ? Mortelle ? De qui jouez-vous ? Nous parlons de ma sœur, oui celle qui m’aime … celle que j’aime. 

 
- Kaïla … Onee-chan, nous ne faisons rien de bon, c’est interdit et excitant en même temps … cela, cela sera notre secret, rien qu’a nous deux. 

 
Nous allions partager un amour interdit, un amour entre sœurs, quel sera la réaction de père ? Me déshéritera-t-il ? Qu’il y a-t-il de plus important, l’amour ou le pouvoir ? Toutes ces questions se chamboulaient dans ma tête, je voulais arrêter de penser et vivre le présent, mais le passé ainsi que le futur proche ne cessaient de me hanter. Me relevant et en trainant avec moi un des oreillers se trouvant sur le lit, je me dirigeais vers la fenêtre en tenant le coussin fermement contre moi. Ma nudité était gênante, mes pas étaient hésitants, mais j’arrivai finalement à ma destination tout en faisant dos à mon Onee-chan. Regardant oisivement par la fenêtre je voyais les étoiles se battre contre les lumières des réverbères dans un conflit de brillance, les plus précieuses sources de lumières étaient cachées par des ampoules électriques amochant le paysage urbain. Je ne savais que faire et que dire, je voulais pleurer, crier mon effroi et pourtant … pourtant je voulais rester là attendant les bras chaleureux de l’ainée. Décidant toute fois à stopper ce silence devenu pénible, je commençais à parler dans un murmure avant de m’exclamer de tout mon être sans pour autant vouloir me retourner. 

 
- Connais-tu vraiment la signification du mot Aimer, as-tu seulement déjà aimé quelqu’un au part avant ? 

 
Je me courbais sur moi-même, que m’arrivait-il ? Ne pouvais-je donc pas aimer innocemment telle une personne normale ? Justement, là était le problème, la définition de normal ne se collait pas avec mon être. Furieuse sans raison précise, je me relevais pour me diriger cette fois-ci vers la salle de bain. Ne prenant en compte les paroles que l’avait lancée Kaïla, je claquais la porte derrière moi et m’effondrai sur le sol. 

 
- Que … Que ! 

 
Je tremblais de peur, mes yeux étaient mouillés de larmes, ma vision se troublait, je ne voyais que vaguement ce qui m’entourait, j’entendais Kaïla tambouriner à la porte en exclamant mon nom de toute ses forces et avec colère. Je ne savais plus, mais que faisais-je bon sang ! D’un rire monocorde, je me redressais pour m’abattre sur l’évier qui se trouvais dans la salle de bain, ouvrant les robinets un à un, je m’attaquais à ceux de la baignoire et de la douche, le bruit de l’eau masquait la voix de Kaïla. Je ne faisais que rire bêtement en regardant l’eau débordée, assise sur le sol complètement nue et trempée. Mes traits étaient tirés, la dernière fois que j’avais ressentie cette sensation était lorsque je m’apprêtais à … détruire, anéantir, jouir de la douleur d’une de mes amies … 

 
- Onee-chan … 

 
Ma voix était envieuse, je la voulais dans mon palais détruit, je la voulais à mes côtés dans les ténèbres … je la voulais. Sur cette dernière pensée je vis la porte de la salle de bain se voir défoncer pour faire apparaitre un ange … une autre déesse.  

 

 


Revenir en haut
MSN Skype
Kaïla Ketsuki
Autre
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2010
Messages: 97
Être cher: Tomoe Marguerite
Sexe: Féminin
Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Sam 22 Mai - 19:33 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant

- Connais-tu vraiment la signification du mot Aimer, as-tu seulement déjà aimé quelqu’un au part avant ? 


Comment osait-elle me demander ça? D'ailleurs, elle devrait se poser la question elle-même. J'étais hors de moi, elle n'avait pas le droit de me juger ainsi. Si elle voulait dire par la que je n'arriverai pas à l'aimer, elle peut être sure de se tromper. Comment après tous ces mots que je lui ai dit et que j'essaye de prouver, peut-elle encore me dire que je ne connais pas la signification du sentiment que je lui porte? Toujours assise sur le lit, je fronçais mes sourcils en ne la quittant pas des yeux, je voulu répliquer dans un moment d'indignation totale, mais avant que je puisse dire quoi que ce soit, Tomoe pari s'enfermer dans la salle de bain.
Ma surprise et surtout mon incompréhension s'enfuit sous mon inquiétude pour elle et surtout par la colère que je sentais monter dangereusement au fond de mon être. Je me levai rapidement pour appuyer sur la poignée de la porte qui, comme je le pensai, ne céda pas. Je commençai à frapper à la porte en appelant Tomoe. Mais cette dernière ne daigna pas répondre et après un instant j'ai pu entendre de l'eau s'écouler du robinet. La panique pris le dessus, je ne savais pas ce que Tomoe avait dans la tête et ce qu'elle était entrain de faire. Je l'appelai encore, espérant avoir une réponse, vainement. Avec une montée de force soudaine, je défonçai la porte sans scrupule, tant pis pour le propriétaire. La facture ira sur le compte des Marguerite tout de même. Sans m'attarder plus longtemps sur cela, je regardai dans la salle de bain qui était maintenant à moitié inondée. Je sentais l'eau sous mes pieds nus. Tous les robinets étaient ouverts, je m'empressai des les fermer un à un sans prêter d'attention à Tomoe. Cela fait, je me tournai vers elle, ma nudité à moitié cachée par mes longs cheveux noirs. Je m'écriai avec colère avant de la prendre par le bras pour la soulever:
 
- Non, mais ca va pas?! Qu'est-ce que tu fais?!


Je la regardai de haut en bas, elle était trompée jusqu'aux os. Non, mais quelle idiote, à quoi pensait-elle en agissant ainsi? Elle ne me quittait pas des yeux. Je serai son bras de plus en plus fort, mais après avoir vu sa grimace de douleur, je relâchai brusquement son bras. Je lui ai promis ne pas lui faire du mal, je comptai tenir mes promesses. Avec un soupir blasé je la pris par les épaules et la conduisit dans la chambre. Je l'a fit assoir sur le lit et me mit à coté d'elle la prenant dans mes bras. 


- Tomoe... Tout va bien se passer, ne t'inquiète pas pour ce que les autres pourraient penser. Et surtout pas à père, il n'a rien à y dire. De toute façon t'a rien à craindre, je te protégerai.
_________________


Revenir en haut
Hatsune Miku
Hime
Hime

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 236
Localisation: Loin, loin de l'abandon ...
Être cher: Kaïla Ketsuki
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 22 Mai - 22:10 (2010)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ] Répondre en citant


 
- Tomoe... Tout va bien se passer, ne t'inquiète pas pour ce que les autres pourraient penser. Et surtout pas à père, il n'a rien à y dire. De toute façon t'a rien à craindre, je te protégerai. 

 
Me protéger … elle continuait à m’encourager après la scène que je lui avais fait, était-elle normale ? Franchement j’en doutais de plus en plus. Mais cette amour qu’elle me donnait était tout simplement irrésistible, elle était irrésistible. Tout en me calant dans ses bras, je lâchai un soupir de soulagement. Sa peau était douce … tellement douce et parfaite, un pur bonheur au touché. 

 
- Onee-chan … 

 
Lâchant ce soupir, je m’étais redressée pour plonger mes yeux dans les siens. Kaïla … pardonne moi, aime moi, fais moi tienne bon sens … je … je. 

 
- Onee-chan … 

 
Ma voix devenait de plus en plus demandeuse, allait-elle enfin m’accorder ma première fois ? Allait-elle enfin … me faire sienne ? Glissant mes doigts sur ses lèvres, je ne pu me retenir de l’embrasser. Hmm cette douceur … mon Dieu ! Je gémissais de bonheur … je ne me lasserai finalement jamais de ce doux touché, j’en voulais encore plus. Quémandant l’entrée que je reçu dans des délais les plus bref, je commençais à jouer avec sa langue, l’haleine fraiche et menthol de sa bouche n’était qu’un plaisir pour me rafraichir. Je laissais tranquillement mes mains descendre sur ses épaules pour suivre ses bras et finalement l’arrêté à mi-chemin pour me déposer sur sa poitrine, je ne pouvais pas reproduire la même erreur que la dernière fois et m’arrêter en plein milieu. Je délaissais sa bouche pour lécher son cou et la pousser légèrement pour l’obliger à se coucher sous-moi, mes mains commençais à jouer doucement avec ses tetons durcis, une fois en les pinçant,  une autre fois en poussant légèrement dessus. Descendant ma bouche jusqu'à mes mains j’avais eu le plaisir de déposer des milliers de doux baisers pour tracer mon chemin. Une fois arrivée à destination, j’embrassai son sein gauche avant de légèrement le sucer. Mon autre main se chargeait du droit afin de ne pas le délaisser. Je léchais, je mordillais, je suçais, je jouissais entre mes lèvres en entendant Kaïla gémir elle aussi sous la délicatesse que prodiguait ma bouche. Un plaisir. 

 
- Onee-chan … puis-je ? 

 
J’avais descendue ma main jusqu'à son intimité qui se réchauffait à vue d’œil, n’osant encore rien toucher, je la laissais en arrêt en attendant son accord. Levant une moue suppliante je voyais les joues de ma sœur rougir de plus belle après ma question, ne pouvant m’empêcher de sourire, je remontai jusqu'à ses lèvres afin de les lier aux miennes.  

 
- Tu es à croquer … honteuses que tu puisses être de me faire fondre ainsi … 

 
Murmurant malicieusement ces mots à son oreille, je repris possession de ses lèvres pour finalement m’arrêter et attendre sa réponse. Mes yeux demeuraient mi-clos, je sentais que je n’allais pas tarder à reprendre possession de sa bouche. 

 


Revenir en haut
MSN Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:20 (2018)    Sujet du message: Sortie sentimentale [ De l'inceste à l'état pur ]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Rpg mai hime Index du Forum -> A l'extérieur -> En ville Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com